Lorem ipsum...

En copropriété, il est possible de comprimer les charges tout en jouissant de la même qualité de service. La remise en cause rationnelle des contrats d’électricité et de gaz permet réellement de faire des économies. Découvrez les démarches à suivre pour faire baisser les factures d’électricité et de gaz.

Vérifier l’adaptation des contrats d’électricité

La puissance souscrite dans le contrat d’électricité doit être en cohérence avec les besoins de consommation de l’immeuble. Il faut revoir le contrat et faire baisser la puissance dans le cas où l’abonnement actuel dépasse largement les consommations réalisées.

L’existence de nombreux compteurs qui peut être justifiée par le souci d’une répartition équitable, mais leur regroupement sous un seul compteur plus puissant a une incidence financière sur les charges. Avant de réaliser une telle opération, il faut se renseigner auprès du fournisseur sur la possibilité de ce regroupement de plusieurs abonnements. La tarification adaptée entraîne souvent des fortes économies. Suite à un regroupement de compteurs, la consommation revient moins cher grâce au tarif bleu. Le tarif jaune à partir de 36KW jusqu’à 250 KW est destiné aux grosses copropriétés.

Le fioul pour le chauffage peut être un gisement d’économies

Comme le chauffage collectif fonctionnant au fioul constitue le principal poste de dépenses de la copropriété, il faut faire jouer la concurrence entre les fournisseurs. Une autre option, celle de l’achat groupé, présente également un avantage. Le regroupement des achats avec ceux des autres copropriétaires permet de réduire les charges liées au fioul domestique puisque le tarif proposé dépend éventuellement du volume acheté. Plus les acheteurs sont nombreux, plus le tarif est alléchant d’autant que les livraisons par petites quantités sont plus onéreuses que celles par camions entiers. Le syndic peut négocier l’achat groupé auprès d’autres copropriétaires. Il est parfois nécessaire de veiller sur le prix des approvisionnements en fioul qui fluctuent beaucoup afin de s’assurer que le fournisseur applique les baisses du prix et non seulement les hausses.

Négociation des prix du gaz à effectuer avec soin

La libéralisation du prix du gaz entraîne souvent les copropriétaires à miser sur la concurrence. Il faut tenir compte de certains facteurs avant de souscrire un contrat de gaz. Si Gaz de France monopolise la distribution, leurs tarifs fixés par le Gouvernement sont réglementés et sont beaucoup plus élevés par rapport aux tarifs très intéressants des autres fournisseurs de gaz. Les copropriétaires qui sortent du système réglementé de GDF peuvent résilier leur contrat. Mais si après trois ans, le fournisseur revoit à la hausse ses prix et décide de ne plus indexer ses tarifs sur les prix réglementés par l’État, les copropriétaires se trouvent dans l’impossibilité de réintégrer à nouveau le système réglementé de GDF. Ils sont obligés de rechercher un autre fournisseur.

Veiller au suivi du contrat

Il est nécessaire de conclure un contrat avantageux, mais il faut également surveiller la bonne application pour économiser les charges. La mise en place d’un tableau de bord des contrats en cours facilite le suivi de leur date d’échéance et constitue un bon moyen de prévoir à renégocier son contrat de gaz et d’électricité si le contrat arrive à échéance.

A propos de l'auteur

Articles similaires

La première grande loi immobilière du Président Macron fait une entrée remarquée au Parlement. Avec...

Face à l’explosion du phénomène Airbnb, la Mairie de Paris s’est dotée d’un arsenal juridique qui vise...

De nombreuses conditions de forme et de fond doivent être respectées quand on donne congé à son...

Laisser un commentaire