Lorem ipsum...

Les vacances locatives et les moyens pour les limiter

La question est donc « comment faire pour diminuer au maximum la durée de vacance d’un bien entre deux locations ? ». Il convient de définir ce qu’est une vacance locative pour ensuite déterminer ses causes. Quelles sont les solutions à adopter. 

Qu’est-ce qu’une vacance locative ?

Dans le jargon immobilier, la vacance locative désigne la période de non-location entre deux baux. Pendant cette période donc, l’appartement ou la maison n’a pas de preneur et le propriétaire bailleur ne perçoit pas de loyer. Cet événement impacte la rentabilité locative du propriétaire. En effet, pour rentabiliser au maximum son investissement, l’investisseur doit disposer d’un locataire pendant un maximum de temps. La loi fiscale met également la pression sur l’investisseur, car les dispositifs imposent des durées d’occupation pour continuer à bénéficier des mesures de défiscalisation. La loi Duflot en ôte le bénéfice au bout de 12 mois successifs de vacance locative.

Les causes d’une vacance locative.

Selon les statistiques, les vacances locatives ont connu une hausse de 14,7 % entre l’année 2013 et le début de l’année 2015. Plusieurs causes peuvent entraîner l’augmentation de l’absence de locataire. Tout d’abord, le loyer proposé peut être trop élevé. Avec la vie qui devient de plus en plus chère, les personnes à revenus moyens optent pour des logements à loyers réduits. Ensuite, dans le cercle vicieux des loyers à prix élevé, le propriétaire peut ne pas trouver de locataire solvable. En effet, plus le loyer est cher, plus la solvabilité des locataires est faible. Enfin, le mauvais entretien du logement peut être une cause de longue vacance locative puisque les locataires préfèrent habiter dans un logement bien entretenu, avec une belle façade.

Les solutions à la vacance locative

La première solution se trouve dans le loyer. En effet, il est préférable de percevoir un loyer convenable que de ne rien percevoir du tout. Un loyer faible attire toujours les personnes à la recherche d’un logement. Il est aussi primordial de garder une bonne relation avec son locataire. Plus les relations sont bonnes, plus le locataire reste et plus le bailleur est assuré de recevoir un loyer. Le propriétaire-bailleur évite ainsi une vacance locative. La participation aux frais d’amélioration du logement constitue également un moyen de conserver longtemps un locataire. Réajuster son offre de location en tenant compte du marché locatif sans trop s’en éloigner constitue donc une bonne stratégie. Mais il faut également penser à entretenir le logement comme il se doit.

Prendre une assurance

Cette adhésion à l’assurance ne constitue pas en elle même une solution pour éviter une trop longue vacance locative, mais plutôt une solution au manque à gagner issue de la non-perception de loyer. En effet, souscrire à une assurance pour carence et vacance locative permet de maintenir la rentabilité de la location même en période de non-location. En contrepartie du paiement d’une prime mensuelle, l’ investisseur est assuré de recevoir une indemnité, substitut du loyer en cas de non-location.

A propos de l'auteur

Articles similaires

La première grande loi immobilière du Président Macron fait une entrée remarquée au Parlement. Avec...

Face à l’explosion du phénomène Airbnb, la Mairie de Paris s’est dotée d’un arsenal juridique qui vise...

De nombreuses conditions de forme et de fond doivent être respectées quand on donne congé à son...

Laisser un commentaire