Lorem ipsum...

Avantages et inconvénients de la gestion locative ?

Veiller au bon déroulement d’une location depuis la perception du loyer, en passant par la délivrance des quittances jusqu’à la régularisation des charges relève de la gestion locative.

Qu’est-ce que la gestion locative ?

La gestion locative est l’acte de gérer un bien immobilier mis en location. Le propriétaire peut se charger lui-même de la gestion, mais il peut également faire appel à un professionnel. Si il recourt au service d’une tierce personne, cette dernière devient son mandataire et agit strictement pour son intérêt propre. Sa mission commence dès la recherche du locataire et de la fixation du loyer initial jusqu’au suivi des travaux et jusqu’à la gestion des impayés. Ces professionnels sont notamment les personnes chargées d’administrer les biens, les agents immobiliers, mais aussi des notaires.

Des avantages de la gestion locative

Donner la gestion d’un logement à un tiers permet de gagner du temps. En effet, d’après une étude menée sur le temps engagé dans la gestion d’un bien immobilier, le résultat sort 100 heures pour un bail d’une durée de trois ans. En plus, les risques judiciaires sont écartés avec la mise en gestion locative. Le mandataire est un spécialiste et connaît la réglementation sur le bout des doigts, même pour les textes les plus récents. Les démarches de diagnostics, de maintenance ou de travaux constituent son quotidien. La gestion locative apporte également un avantage financier, puisque le gestionnaire est un bon négociateur responsable lors du choix du locataire et dans certains cas, couvre des risques liés aux imprévus. Les frais engagés à ce titre sont d’ailleurs entièrement déductibles des revenus fonciers.

Des inconvénients de la gestion locative

Le coût constitue le principal et unique inconvénient de la gestion locative. Les tarifs varient en fonction des agences, du bien mis en location et de la dimension du logement intégré dans le contrat. Les frais correspondent généralement à 6 ou à 8 % des loyers hors taxes, mais après négociation, les tarifs peuvent baisser dans les 5 %. Les suppléments de frais sont des inconvénients majeurs, car ils font grimper la note très rapidement. Le contrat de gestion excluait par exemple la recherche du locataire dans le tarif proposé. Ce service menait donc à un tarif librement fixé par le professionnel. Actuellement, la loi Alur est intervenue pour limiter ces inconvénients.

À noter que le property manager gestion.ommi.fr, qui vous permet de garder la main sur vos gestions, en plus d’être déductible fiscalement de ses impôts fonciers, permet au propriétaire de gérer son patrimoine dans les meilleures conditions, tout en garantissant le coût ainsi que la prise en charge du sinistre, sans que le propriétaire n’est rien à faire de son côté.

De la protection apportée par la loi Alur

 

Depuis la mise en place de la loi Alur en 2014, ces professionnels chargés de gérer un immeuble en location sont tenus d’afficher leurs honoraires en vitrine. Cette mesure tend vers la protection des bailleurs contre l’arbitraire des mandataires spécialisés dans l’immobilier et dans une politique de transparence. Mais cette mesure apporte également une protection vis-à-vis du locataire. En effet, le locataire peut également payer une part de commission au responsable de la gestion locative. Ce montant ne peut excéder la part payée par le propriétaire et doit suivre le tarif plafonné en fonction de la surface et de la localisation du logement.

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

La première grande loi immobilière du Président Macron fait une entrée remarquée au Parlement. Avec...

Face à l’explosion du phénomène Airbnb, la Mairie de Paris s’est dotée d’un arsenal juridique qui vise...

De nombreuses conditions de forme et de fond doivent être respectées quand on donne congé à son...

Laisser un commentaire